Recette pour un avenir meilleur au Sénégal

MCC a appuyé un groupe de 125 femmes à mettre en place une coopérative dans la ville de Ndioum, au nord du Sénégal.

La formule est simple: mélangez du lait frais à de l'eau froide, ajoutez-y un peu de sucre. Faites bouillir quelques minutes pour épaissir le mélange, laissez refroidir puis mettez au congélateur le temps d'une nuit.

Pour un groupe de femme du nord du Sénégal, cette recette représente l'espoir d'un meilleur avenir.

Dans le cadre du Compact du Millennium Challenge Corporation d'une durée de cinq ans et d'un montant d’environ 270 milliards FCFA, un groupe de 125 femmes de la ville de Ndioum, au nord du Sénégal, a reçu une formation afin de créer une coopérative de production et de de distribution de lait caille conditionné en sachet.

Plusieurs des femmes de ce groupe sont des réfugiées originaires de la Mauritanie qui vivent au Sénégal depuis plus d’une dizaine d’années mais avaient des difficultés pour trouver un emploi. Ce programme, une composante de l’important investissement du MCC qui a réhabilité la route qui traverse Ndioum et visait à s’assurer que les souches importantes et diversifiées da la société partagent les bénéfices du projet.

MCC a investi approximativement 163 milliards FCFA dans les routes pour connecter les producteurs agricoles et les entrepreneurs sénégalais aux principaux marchés nationaux et internationaux. En réhabilitant la route nationale RN2 de 120 kilomètres dans le nord du pays, un point de liaison essentiel entre les villes sénégalaises et les marchés en Mauritanie et au Mali, le MCC contribue à la stimulation de l'économie régionale.

Ce groupe de femme a reçu une formation en marketing et développement commercial ainsi qu'une subvention pour l'achat des équipements nécessaires.

Leila Diallo, 25 ans, a rejoint le groupe a sa création au troisième trimestre 2014 afin de contribuer aux frais de santé et de scolarité de ses deux enfants. Elle participe au conditionnement du lait dans un petit bâtiment en dur loué par le groupe et parfois assiste à la vente au marché et à la gare routière de la ville.

Le revenu journalier moyen généré par les vendeuses envoisine 4 000 FCFA.

Le groupe envisage plus tard d'investir dans un bâtiment et un réfrigérateur plus grands afin d'augmenter le volume des ventes, a déclaré Assiata Hamibou Ba, une des membres du groupe.

Comme d'autres membres du groupe, Assiata Ba préfère ne pas s'étendre sur la vie qu'elle menait avant d'arriver à Ndioum, mais cette opportunité de vente de produits laitiers lui donne le sourire.

«­Ce sera la voie vers une vie meilleure­» estime-t-elle.

18 août 2015

Scott Fontaine